Sur les chemins d'Armorique

C’était par un bon vendredi
Nous étions parti de Lisbonne
C’est pour en France revenir
Sur le grand navire de Bayonne
Nous n’avions pas franchi les pointes
Qu’un vent de nord s’est élevé
A fallu carguer la grand voile
Pour y courir au quart noroiré

Il a venté d’un si gros vent
Grand Dieu, quel horrible tourmente
La moitié de nos gens pleuraient
Les autres chantaient des louanges (2x)
Louanges, louanges à haute voix
Que Dieu ait pitié de nos âmes
Puisque la mort il faut avoir

J’avons reçu un coup de mer
Sur le fond de notre navire
Les dalots ne pouvaient plus fournir
Coupez le grand mât, je vous prie (2x)
Et jetez les chaloupes dehors!
Garder les restes de nos voiles
Pour retrouver tous à bon port (Didier seul)

Le capitaine s’est avancé
Étant le maître du navire
Honneur dit-il, à qui vivra
Le grand mât, c’est ma compagnie
Courage, mes enfants courage
Un vaillant homme nous gouverne
Et là! Tenez- vous bien de garde
Que le navire vienne en traverse (Didier seul)

Ils se sont jetés à genoux
Priant la divine Marie
Priant le Sauveur tout puissant
Qui leur ont préservé la vie.
Une grand’ messe nous ferons dire
A notre bon rassemblement
Dans la chapelle de Notre-Dame
Nous prierons Dieu dévotement

Qui a composé la chanson
C’est le pilote du navire
Il l’a composé tout au long
C’est en traversant ces îles
C’est à vous autres gens de France
Qui naviguez de sur la mer
Naviguez-y avec prudence
Surtout dans le temps de l’hiver.

Le Navire de Bayonne

C’était par un bon vendredi
Nous étions parti de Lisbonne
C’est pour en France revenir
Sur le grand navire de Bayonne
Nous n’avions pas franchi les pointes
Qu’un vent de nord s’est élevé
A fallu carguer la grand voile
Pour y courir au quart noroiré

Il a venté d’un si gros vent
Grand Dieu, quel horrible tourmente
La moitié de nos gens pleuraient
Les autres chantaient des louanges (2x)
Louanges, louanges à haute voix
Que Dieu ait pitié de nos âmes
Puisque la mort il faut avoir

J’avons reçu un coup de mer
Sur le fond de notre navire
Les dalots ne pouvaient plus fournir
Coupez le grand mât, je vous prie (2x)
Et jetez les chaloupes dehors!
Garder les restes de nos voiles
Pour retrouver tous à bon port (Didier seul)

Le capitaine s’est avancé
Étant le maître du navire
Honneur dit-il, à qui vivra
Le grand mât, c’est ma compagnie
Courage, mes enfants courage
Un vaillant homme nous gouverne
Et là! Tenez- vous bien de garde
Que le navire vienne en traverse (Didier seul)

Ils se sont jetés à genoux
Priant la divine Marie
Priant le Sauveur tout puissant
Qui leur ont préservé la vie.
Une grand’ messe nous ferons dire
A notre bon rassemblement
Dans la chapelle de Notre-Dame
Nous prierons Dieu dévotement

Qui a composé la chanson
C’est le pilote du navire
Il l’a composé tout au long
C’est en traversant ces îles
C’est à vous autres gens de France
Qui naviguez de sur la mer
Naviguez-y avec prudence
Surtout dans le temps de l’hiver.

Sur les chemins d'Armorique

La fille aux cheveux d’or
Pleure chaque jour son bel amant,
Parti un beau matin vers le soleil levant.
Le cœur déchiré, elle ne vit que dans le tourment,
Priant pour le retour du père de ses enfants.

Les hommes de tous les villages, au son du jeune tambour,
N’écoutant que leur courage, sont partis au petit jour.
La fierté guide leurs pas sur les chemins d’Armorique.
Dans la pluie et dans le froid, ils implorent les Dieux mythiques.

Lui pense à son amie
Le cœur meurtri de désespoir
Il aime tant sa mie
Qu‘il espère bien la revoir

La fille aux cheveux d’or
Pleure chaque jour son bel amant,
Parti un beau matin vers le soleil levant.
Le cœur déchiré, elle ne vit que dans le tourment,
Priant pour le retour du père de ses enfants.

Armés de fourches et de faux, contre les armées du Roi,
Ils vendent chèrement leur peau dans l’âpreté des combats.
Dans cette bataille sans pitié où chacun lutte à la mort,
Les troupes du Roi mieux armées aux manants règlent le sort.

La terre ensanglantée
Est couverte de corps sans vie
A la mort ont lutté
Pour l’amour de la patrie (x2)

Sur le chemin du retour, il pleure ses amis tombés,
Il se traîne le cœur si lourd, il a perdu sa fierté.
Mais son épouse est en joie de voir son homme vivant,
Elle a prié tant de fois pour le père de ses enfants.

La fille aux cheveux d`or
A retrouvé son bel amant,
Rentré un beau matin un jour de printemps.
Le cœur soulagé, elle ne vit plus dans le tourment,
Ensemble ils vont veiller au bonheur de leurs enfants. (x3)

Roc'hann

MENEZ TRAEZH

C’était par un bon vendredi
Nous étions parti de Lisbonne
C’est pour en France revenir
Sur le grand navire de Bayonne
Nous n’avions pas franchi les pointes
Qu’un vent de nord s’est élevé
A fallu carguer la grand voile
Pour y courir au quart noroiré
Il a venté d’un si gros vent
Grand Dieu, quel horrible tourmente
La moitié de nos gens pleuraient
Les autres chantaient des louanges (2x)
Louanges, louanges à haute voix
Que Dieu ait pitié de nos âmes
Puisque la mort il faut avoir

J’avons reçu un coup de mer
Sur le fond de notre navire
Les dalots ne pouvaient plus fournir
Coupez le grand mât, je vous prie (2x)
Et jetez les chaloupes dehors!
Garder les restes de nos voiles
Pour retrouver tous à bon port (Didier seul)

Le capitaine s’est avancé
Étant le maître du navire
Honneur dit-il, à qui vivra
Le grand mât, c’est ma compagnie
Courage, mes enfants courage
Un vaillant homme nous gouverne
Et là! Tenez- vous bien de garde
Que le navire vienne en traverse (Didier seul)

Ils se sont jetés à genoux
Priant la divine Marie
Priant le Sauveur tout puissant
Qui leur ont préservé la vie.
Une grand’ messe nous ferons dire
A notre bon rassemblement
Dans la chapelle de Notre-Dame
Nous prierons Dieu dévotement

Qui a composé la chanson
C’est le pilote du navire
Il l’a composé tout au long
C’est en traversant ces îles
C’est à vous autres gens de France
Qui naviguez de sur la mer
Naviguez-y avec prudence
Surtout dans le temps de l’hiver

C’était par un bon vendredi
Nous étions parti de Lisbonne
C’est pour en France revenir
Sur le grand navire de Bayonne
Nous n’avions pas franchi les pointes
Qu’un vent de nord s’est élevé
A fallu carguer la grand voile
Pour y courir au quart noroiré
Il a venté d’un si gros vent
Grand Dieu, quel horrible tourmente
La moitié de nos gens pleuraient
Les autres chantaient des louanges (2x)
Louanges, louanges à haute voix
Que Dieu ait pitié de nos âmes
Puisque la mort il faut avoir

J’avons reçu un coup de mer
Sur le fond de notre navire
Les dalots ne pouvaient plus fournir
Coupez le grand mât, je vous prie (2x)
Et jetez les chaloupes dehors!
Garder les restes de nos voiles
Pour retrouver tous à bon port (Didier seul)

Le capitaine s’est avancé
Étant le maître du navire
Honneur dit-il, à qui vivra
Le grand mât, c’est ma compagnie
Courage, mes enfants courage
Un vaillant homme nous gouverne
Et là! Tenez- vous bien de garde
Que le navire vienne en traverse (Didier seul)

Ils se sont jetés à genoux
Priant la divine Marie
Priant le Sauveur tout puissant
Qui leur ont préservé la vie.
Une grand’ messe nous ferons dire
A notre bon rassemblement
Dans la chapelle de Notre-Dame
Nous prierons Dieu dévotement

Qui a composé la chanson
C’est le pilote du navire
Il l’a composé tout au long
C’est en traversant ces îles
C’est à vous autres gens de France
Qui naviguez de sur la mer
Naviguez-y avec prudence
Surtout dans le temps de l’hiver.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. In pharetra, urna non pellentesque sollicitudin, felis lorem porta nibh, suscipit lacinia ante augue venenatis nibh. Nullam tristique ornare lorem at